Les fondements de la pédagogie Decroly


Le concept de base de la pédagogie construite et expérimentée par le docteur Ovide Decroly est sans nul doute le globalisme.

Globalisme et centres d’intérêts

Le globalisme se traduit par l’idée de l’interaction interdisciplinaire des apprentissages autour d’une idée centrale (idée pivot). Le travail est collectif et s’organise à partir d’un plan de travail.

L’idée pivot est en rapport direct avec les besoins de l’enfant. Ils se traduisent dans des centres d’intérêt. Des touts petits jusqu’aux enfants de deuxième primaire, le centre d’intérêt est exploité de manière courte et s’articule autour de la surprise.

La surprise est un objet caché apporté par un enfant de la classe et qu’il veut faire découvrir à ses camarades. Avant qu’il soit dévoilé, les enfants cherchent à connaître la nature de l’objet notamment en le soupesant, en le palpant à travers le sac mais aussi en posant des questions à l’enfant qui l’a apporté. Une fois dévoilé, l’objet sera exploité par la classe peu ou prou, selon les objectifs que se fixent l’enseignant. Ce faisant, la surprise concernée devient le centre d’intérêt de la classe.

Dès la troisième année primaire, les centres d’intérêt sont en rapport avec les besoins fondamentaux de l’homme, de la société et de la nature qui sont au nombre de quatre (sans hiérarchie) :

  • Je me protège (contre les intempéries)
  • Je me nourris
  • Je me défends
  • Je travaille

L’exploitation du centre d’intérêt s’étale sur une année entière. L’enseignant élabore avec ses élèves le plan de travail de la classe autour du centre d’intérêt. Celui-ci s’intéresse aux grands domaines que sont les végétauxla terre, l’eau, l’air, la pierre, les astres, la famille, l’école, la société, les animaux, l’homme.

Quelques exemples dans « Je travaille » :

Les végétaux :

  • Leurs rôles dans le travail de l’homme.
  • L’apparition de la culture des végétaux.
  • Les actions : semer, planter, cultiver…

Les animaux :

  • Les animaux qui travaillent pour l’homme (agriculture, …)
  • Le travail des animaux (les fourmis, les abeilles, etc.)

L’homme :

  • Le corps (les muscles, les leviers, la fatigue, la main, le squelette)
  • Les métiers (du passé, d’aujourd’hui)
  • Le travail à la préhistoire

etc.

Observation, association, expression

A travers l’exploitation du centre d’intérêt, la classe élabore des projets. Ces projets suivent la ligne didactique : observation, association, expression.

A partir d’un objet ou d’une situation concrète, les enfants construisent leurs apprentissages en s’appuyant en premier sur un travail d’observation. En permanence, l’enseignant tâche d’amener les enfants à associer leurs apprentissages avec ce qu’ils savent déjà et ce qu’ils découvrent encore. Les enfants expriment leurs apprentissages de manière concrète et selon différentes techniques.

Par exemple, à partir d’un morceau de bois taillé par un castor découvert en classes vertes et dans le cadre du centre d’intérêt sur le travail, une classe réalise un projet autour du barrage et de la hutte du castor. Ce faisant, ils commencent par l’observation concrète de l’objet découvert, le dessinent, mesurent les traces des dents, les comparent avec leurs propres dents, effectuent des recherches autour du castor d’un point de vue physique, lisent des documents sur la construction du barrage, associent le concept du barrage chez le castor et le barrage construit par l’homme, cherchent des solutions pour en faire une maquette qu’ils finissent par construire en classe.

Tout ce travail est prétexte à la construction d’apprentissages en français, mathématique, éveil scientifique, historique et géographique.